Comparaison entre Henry Mintzberg et Peter Drucker

Oct 7 08:11 2011 Roger Achkar Print This Article

Henry Mintzberg

Profil: Né à Montréal en 1939,Guest Posting diplômé en génie mécanique, il commence sa carrière comme ingénieur puis obtient un doctorat de la Sloan School of Management à MIT (USA). Il a enseigné la gestion à la ‘European Institute of Business Administration (INSEAD)’ en France, et continue à enseigner toujours à l’université McGill au Canada. Premier professeur de management à être nommé à la Société Royale du Canada, auteur de très nombreux articles et de plusieurs ouvrages, Henry Mintzberg a remporté le prix McKinsey pour le meilleur article paru dans la Harvard Business Review en 1975. Il est membre de plusieurs sociétés savantes et douze universités lui ont décerné un doctorat honoris causa. Ses domaines de spécialisation incluent la gestion générale, le processus de la formation de stratégie et la conception de l'organisation.

Apports en système qualité: Le professeur Henry Mintzberg est l'un des chercheurs en gestion les plus marquants de notre époque. On lui doit des travaux décisifs à la fois en management, en organisation et en stratégie. Mintzberg accentue sur le rôle du Manager comme étant le rôle le plus important dans une société. C’est lui en fait qui dirige l’équipe du travail et qui aide à coordonner les apports de ses membres. Ceux-ci contribuent chacun de sa propre formation et expérience à l’aboutissement du projet. Mintzberg emploie le mot « Spécialiste » pour désigner chaque membre effectif de cette équipe. Il se réfère souvent au modèle américain des grandes sociétés et de Management, comme exemple bien évident de réussite professionnelle, sur lequel il essaie d’appuyer ses théories et ses conseils de gestion. En management, il a prouvé empiriquement que l'activité du Manager et du dirigeant n'a rien à voir avec l'image d'épinal qui en est souvent donnée: il ou elle n'est pas une personne qui réfléchit dans le calme et qui prend de grandes décisions de long terme en s'appuyant avant tout sur des systèmes de gestion. Au contraire son activité est à la fois fragmentée et profondément immergée dans l'action, et les relations interpersonnelles sont toujours le moyen privilégié par lequel il s'informe et agit. Mintzberg a aussi créé des modèles d'organisations qui sont des références incontournables. Par exemple, selon lui, une structure d'organisation est en grande partie déterminée par la variété que l’on trouve dans son environnement. Pour Mintzberg, la variété de l’environnement est déterminée par sa complexité et sa propension au changement. Il identifie quatre types d'organisations selon les combinaisons de ces deux critères. Ses contributions en stratégie sont également très marquantes. Par exemple, il a prouvé empiriquement que les stratégies décidées par les directions générales sont loin d'être les seules et les plus importantes: les stratégies émergent aussi du fonctionnement de l'organisation, et ceci conduit à reconsidérer de façon majeure le rôle, la nature et les apports de la planification stratégique. Le travail d'Henri Mintzberg a beaucoup contribué à l’évolution de la nature du travail gestionnaire, la structuration des organisations et la stratégie.

Ce qu’il en reste aujourd’hui: Au delà des aspects techniques de son métier de chercheur, Henry Mintzberg développe une réflexion personnelle et humaniste, lucide et engagée sur l'entreprise et l'économie, sur l'action publique comme sur la société, tout en réussissant à maintenir une riche vie personnelle. De plus, le professeur Mintzberg est engagé depuis pas mal d’années dans des recherches et des actions très originales dans divers domaines: la décision, le leadership, la formation des Managers, ainsi que l'influence des organisations sur les individus et la société. Ces initiatives conduiront sans aucun doute à des apports qui dans quelques années seront considérés comme majeurs. Professeur émérite et auteur prolifique, ses ouvrages sont lus par les étudiants en gestion partout dans le monde. Il continue toujours à rédiger des ouvrages de management. D’autre part, beaucoup de grande sociétés aujourd’hui demandent son conseil pour mieux mener leurs affaires.

Bibliographie: Henry Mintzberg est un chercheur qui est d’une grande productivité: une centaine d’articles et une dizaine d’ouvrages -  "distinguished scholar" de l'Academy of Management en l'an 2000, et au fil des ans membre fondateur et ancien président de la Strategic Management Society - prix McKinsey, etc. Ses ouvrages sont traduits en douze langues. Les productions du professeur Mintzberg allient la création conceptuelle et théorique, la richesse de l'observation empirique, une connaissance remarquable de la littérature de recherche, le talent de l'écriture, la volonté de l'action concrète, l'acuité de l'analyse et le sens de la synthèse. Pour autant ses découvertes ne se sont pas imposées toutes seules. Il a dû lutter pour en montrer la valeur lorsqu'elles dérangeaient les idées reçues. Dans ses ouvrages, il aime provoquer et emploie des exemples peu conventionnels. Par exemple, dans certains de ses articles il compare le procédé traditionnel de planification stratégique au travail d’un simple artisan. Son ouvrage clef s’appelle ‘Le Manager au quotidien: les dix rôles du cadre’, publié en 1973. Dans ce livre, Mintzberg identifie les dix rôles principaux du Manager, ces rôles qu’il regroupe en trois grandes catégories (les rôles de contact, les rôles d’information et les rôles de décision). Henry Mintzberg apporte dans cet ouvrage la réponse à la question-clé: comment travaillent les cadres? Y sont présentées les conclusions d’une étude empirique fondée sur l’observation du travail quotidien de cinq grands dirigeants: la porte entrouverte, la main sur le téléphone, l’œil sur le bureau d’à côté, constamment interrompus et faisant en sorte de l’être. Ses observations montrent que leur travail, loin d’être une série de tâches bien ordonnées, est fragmenté et essentiellement déterminé par toutes sortes de sollicitations provenant tant de l’intérieur de l’entreprise que du milieu externe. Il démontre que le bon fonctionnement d’une entreprise est directement lié à la façon dont le Manager travaille et perçoit son propre rôle. Voici les noms des livres les plus importants qu’il a publiés: The rise and fall of strategic planning (1995) - Mintzberg on Management: Inside our strange world of organizations (1989) - The strategy process: Concepts, contexts, cases (1994) - Structure in 5’s: Designing effective organizations (1983) - Power in and around organizations (1983) - The structuring of organizations: A synthesis on the research (1979) - The nature of managerial work.

Peter Drucker

Profil: Peter F. Drucker est né à Vienne, Autriche, en 1909 et est décédé en 2005. Il a fait ses études en Autriche et en Angleterre et a tenu un doctorat en droit public et international de l'université de Francfort en Allemagne. Il a également reçu des doctorats honorifiques des universités américaines, belges, tchèques, anglaises, japonaises, espagnoles et suisses. Depuis 1971 et jusqu'à sa mort, Drucker a été professeur de sciences sociales et de gestion à l'université Marie Rankin Clarke en Claremont, Californie, cette université qui a baptisé son centre de gestion de son nom en 1987.

Apports en système qualité: Bien qu’il n’ait jamais exercé personnellement des fonctions de management, Peter Drucker a conseillé nombre de dirigeants de grandes entreprises américaines et s’est particulièrement intéressé aux fonctions de Direction générale. Pour lui, les tâches majeures de l’équipe directoriale sont: (La fixation de la mission spécifique de l’organisation. « … seule une définition précise de la mission et de l’objet de l’institution rend possible la détermination d’objectifs clairs et réalistes… » - La mise en place d’une organisation de travail efficace, à la fois productive et satisfaisante pour le personnel - La prise en compte des impacts sociaux de l’entreprise sur son environnement et des influences de ce dernier sur les orientations de l’organisation). Pour Drucker, la recherche du profit n’est pas une fin en soi. Il fait figure de pionnier en affirmant que le but premier de l’entreprise est de créer, maintenir et développer une clientèle. Pour lui seul deux services dans l’entreprise sont des centres de profit (les autres étant des centres de coût): La recherche et Développement, et le Marketing sont, selon Drucker, la clef absolue de la réussite (IBM, Toyota, …). Ceci maîtrisé (R+D, Marketing, Productivité), le profit n’est pas une cause, mais un effet de l’excellence du Management. Peter Drucker a aussi introduit et popularisé le terme de "Management by Objectives" (MBO). Il explique que les objectifs sont nécessaires partout où la performance et les résultats influent directement la survie et la prospérité de l’entreprise. Concrètement, le chef d'équipe expose les buts à son groupe dont chaque membre fixe les objectifs nécessaires relatifs à sa spécialité. Pour la réussite du MBO, Drucker insiste sur l’importance de la participation des membres de l’équipe dans la formulation des buts, de leur autocontrôle et auto-évaluation. Enfin, il estime que l’entreprise est une institution faite pour créer des changements (à la différence de l’église ou de l’armée dont le but, au contraire, est de maintenir les choses en l’état) et cela signifie satisfaire d’abord les gens de l’extérieur (les clients) bien avant ceux de l’intérieur (les employés).

Ce qu’il en reste aujourd’hui: La théorie du « Management par objectifs » tel que Drucker a présenté n’a pas été adoptée dans son intégralité mais a servi de base à l’édification de nouvelles méthodes de Management à l’image de la méthode de convergence appliquée chez Renault. Drucker a aussi contribué à: (la création d’une vision nouvelle des sociétés - des méthodes de développement de l'entreprise et d’amélioration des employés à tous les niveaux - des programmes pour la formation et l'éducation d’employés - des conseils aux équipes responsables pour l'amélioration de systèmes de gestion). Peter Drucker a été ovationné aux Etats-Unis et à l'étranger en tant que le penseur, l'auteur, et le conférencier de l’organisation contemporaine. En 1997, il était encore décrit sur la couverture du magazine « Forbes » sous le titre "le plus jeune esprit" et « Business Week » l'a appelé "Le penseur de meilleure endurance au monde". En vérité, il a aidé à développer des organisations et a aidé à fixer des normes de créativité et de productivité.

Bibliographie: Il est l'auteur d’une trentaine de livres qui ont été traduits en plus de vingt langues. Une dizaine de livres traitent de la société, des sciences économiques et de la politique. Il a fait plusieurs séries de films éducatifs basés sur ses livres de gestion. Il a été un chroniqueur éditorial pour le journal « Wall Street » et un contributeur fréquent à la revue d'affaires de Harvard et à d'autres revues. Ci-dessous quatre des plus importants livres qu’il a écrits: (Leading Beyond the Walls (1999): Les chefs au vingt et unième siècle doivent pouvoir tirer le meilleur parti des personnes dedans et au delà des murs de l'organisation. Cet ouvrage offre des idées sur les organisations efficaces de bâtiment qui se concentrent sur leurs forces et utilisent les ressources des individus, des organismes, et des communautés au delà des murs qu’elles construisent. Cet ouvrage offre une aide à tous les Managers pour mener leurs affaires au delà des frontières traditionnelles - Managing the non-profit organization (1992): Les organismes à but non lucratif sont entrain de se développer rapidement (avec plus de 8 millions d'employés et plus de 80 millions de volontaires), créant un besoin important d'experts qui sauraient contrôler ces organismes de façon efficace. Drucker donne des exemples et des explications de gestion, de ressources, de marketing et de prises de décision au sein de ces organismes - Innovation and Entrepreneurship (1993): Un livre qui présente l’entrepreneur comme une personne à esprit innovateur, possédant une discipline de travail utile etsystématique. Il explique et analyse les défis et les occasions de la nouvelle économie des Etats-Unis. Un livre pratique qui explique aussi comment sont établis les entreprises et les établissements publics - The Practice of Management (1993):Un livre qui dépeint la gestion comme fonction distincte et qui identifie la gestion comme responsabilité séparée).

Comparaison entre les deux auteurs

Points communs

Parcours: Réputation mondiale - Professeurs de Gestion - Les deux sont contemporains - Domaine de spécialisation: Gestion générale - Auteurs (Articles et livres) - Les deux ont gagné des prix de mérite - Les deux n’ont pas fait d’études de gestion.

Pensée: Les deux ont parlé de structuration de sociétés, comme l’organisation efficace du travail au sein de sociétés - Les deux se basent sur des observations empiriques de sociétés pour affirmer leur point de vue - Les deux attribuent au Manager un rôle essentiel dans le travail de la société - Les deux ont parlé de l’environnement extérieur d’une organisation et de sa relation corrélative avec son milieu de gestion interne.

Différences

Parcours: Mintzberg est de formation scientifique (Ingénieur)  tandis que Drucker a étudié le droit - Drucker a aidé dans des programmes pour la formation et l’éducation d’employés  - Mintzberg a un ouvrage clef tandis que Drucker n’a pas un seul.

Pensée: Mintzberg emploie des exemples de non traditionnel - Mintzberg accentue beaucoup sur le rôle de Manager dans la réussite de l’entreprise (société) pas comme Drucker - Mintzberg ne contribue pas la réussite de la société à des services (départements) bien particuliers comme le fait Drucker pour le service Marketing par exemple - Mintzberg ne conçoit pas la clientèle d’une société comme étant son image de réussite comme le fait Drucker.

Conclusion

La qualité reflète l’image de sociétés (organisations). Mintzberg et Drucker ont accentué, chacun de sa propre manière, sur ce rôle dans la mesure de la qualité:

-Mintzberg a cherché dans sa carrière à montrer que la réussite des organisations (sociétés) se pose sur deux points: 1- Le grand rôle du Manager, d’où l’importance de former les directeurs de sociétés (Programmes MBA par exemple) - 2- La façon de la société à élaborer son plan stratégique (Plans Business, Marketing, …) pour atteindre ses buts.

-Drucker, quand à lui, a affirmé que le but de l’entreprise est de créer, maintenir et développer une clientèle, donc un profit qui reflète son système qualité. Ce profit, selon lui, est essentiellement réalisé par deux services dans l’entreprise qui sont des centres de profit (les autres étant des centres de coût): La recherche et Développement, et le Marketing.

Quoique les deux se sont basés sur des principes différents de réussite des sociétés, et ont essayé de conseiller les sociétés de manière différente, nous trouvons que les deux ont contribué énormément à l’évolution du concept de Management de sociétés sur les deux plans théorique et pratique.

Source: Free Guest Posting Articles from ArticlesFactory.com

About Article Author

Roger Achkar
Roger Achkar

Roger Achkar (MBA, MS, BEng, LLB) is a renowned Lebanese award-winning author and business thinker. He has appeared on most TV stations in the Middle East.

For more info, please visit http://www.rogerachkar.com/

View More Articles